Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Financement des smart grids: un soutien durable de l’État au développement

Entreprise / Ingénieur

-

02/03/2020

Publié par Marion BERTHOLON (13) | Smart Grids : comment les réseaux électriques deviennent intelligents


Favoriser l’insertion d’une part importante d’énergies renouvelables passera par le développement et le déploiement de technologies Smart Grids


Le secteur de l’énergie est en pleine mutation : développement des énergies renouvelables, décentralisation de la production d’énergie et émergence de nouveaux usages tel que celui du véhicule électrique. Ces facteurs d’évolution impliquent de repenser la gestion des réseaux électriques de transport et de distribution, et plus largement le système électrique et la manière dont les différents acteurs interagissent ensemble.

Afin que les différents utilisateurs du système électrique puissent bénéficier d’infrastructures et de services performants et à coûts maîtrisés, des besoins accrus en flexibilité et en réactivité des réseaux émergent. Par ailleurs, pour s’inscrire dans un monde à la fois plus sobre et également limitant les émissions de gaz à effet de serre, les consommateurs doivent participer à deux logiques en termes d de consommation d’énergie : «  consommer moins », pour permettre des gains en termes d’efficacité énergétique et donc en dimensionnement des infrastructures, et « consommer mieux », c’est-à-dire au meilleur moment pour le système électrique, en évitant notamment le démarrage de centrales à fort taux d’émission de gaz à effet de serre et en exploitant au maximum les gisements de production à partir d’énergies renouvelables.

Les Smart Grids, ou parfois également appelés Systèmes Electriques Intelligents, cherchent à répondre à ces différents enjeux. C’est pourquoi ils ont une place importante dans l’activité de l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.

Depuis 2010, l’ADEME soutient l’innovation à travers l’accompagnement d’une soixantaine de projets

L’ADEME, en tant qu’acteur majeur du soutien à l’innovation a versé, depuis 2010, des aides à une soixantaine de projets (Plus de 130 M€ de soutien de l’Etat pour un coût total de projets dépassant les 420M€). La grande majorité de ces projets ont été soutenus dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir, programme dont l’ADEME est un des opérateurs.

A travers plusieurs outils de financement, l’ADEME aide différents niveaux d’innovation, de la thèse au projet d’industrialisation et balaye également en termes de thématique l’ensemble des sujets Smart Grids. Les projets ont cherché à répondre aux grandes questions suivantes :

  • Quelles évolutions des infrastructures pour faciliter l’intégration des énergies renouvelables ?
  • Comment les énergies renouvelables peuvent-elles participer à l’équilibre du système électrique ?
  • Comment les modes de consommation de l’énergie vont-ils évoluer notamment dans une logique de consom’acteur ?

Les projets clôturés ont permis d’apporter des réponses et résultats de tous types : solutions techniques (pour la plupart validées), modèles économiques, méthodologies, livres blancs ou articles scientifiques.

A travers le rapport « « Systèmes Electriques Intelligents – Le soutien de l’ADEME à l’innovation depuis 2010 : résultats, enjeux, perspectives » dont la publication est prévue pour début mars 2020, l’ADEME a cherché à répertorier et analyser l’ensemble des résultats rendus publics par les porteurs de projet et ainsi les partager avec l’ensemble de la filière. Ce document fait suite à un premier rapport, publié en 2016 - « Systèmes Electriques Intelligents : Premiers résultats des démonstrateurs » - qui portait alors sur les résultats d’une douzaine de démonstrateurs.

Le soutien à l’innovation continue et d’autres projets, en cours, cherchent des réponses aux questions de nouvelles dynamiques territoriales. Ainsi, en traitant des questions d’autoconsommation collective, de partage d’énergie à l’échelle locale, de micro grid ou encore de plateformes de données territoriales, il s’agira de développer les solutions techniques de demain mais surtout les modèles de gouvernance et modèles économiques associés. D’autres sujets de recherche, notamment autour de la question de systèmes multi-énergétiques doivent encore être adressés.


Au-delà de l’aide financière, l’ADEME, aux côtés d’autres acteurs, se place comme un facilitateur du déploiement des solutions Smart Grids

Le soutien à un grand nombre de démonstrateurs a permis de créer des ponts entre le secteur de l’énergie et celui du numérique, et a fait émerger de nouvelles collaborations entre grands groupes industriels, fournisseurs de technologies, acteurs des territoires, organismes de R&D et sociologues. Faire parler des industriels du monde de l’énergie et des télécommunications, voire des acteurs d’un même secteur économique entre eux, permet de favoriser le développement de technologies interopérables, clé du succès d’une transition énergétique impliquant une grande variété d’acteurs.

Les démonstrateurs ont permis d’enclencher une dynamique de filière. Cette dynamique est aujourd’hui notamment soutenue par Think Smart Grids qui a pour objectif de développer la filière Smart Grids en France et de la promouvoir en Europe comme à l’international. Cette dynamique est également soutenue à l’échelle régionale via des associations telles que SMILE en régions Bretagne et Pays de la Loire ou Flexgrid dans la région Sud.

Si les solutions techniques existent aujourd’hui et sont pour la plupart validées, le travail de mobilisation des acteurs afin de pérenniser les modèles économiques associés se poursuit. Ces sujets sont maintenant discutés dans divers groupes de travail et instances de débat organisés par la DGEC (Direction Générale Energie Climat au sein du MTES – Ministère de la Transition Energétique et Solidaire), RTE, Enedis ou encore la CRE (Commission de Régulation de l’Energie). Des évolutions des cadres réglementaires et contractuels aussi bien sur les questions de valorisation de la flexibilité à l’échelle locale, d’entrée en droit du stockage, ou encore de flexibilité de la production EnR sont discutés actuellement. L’ADEME apporte des éléments au débat via diverses publications sur les questions de Smart Grids (Etudes, Avis de l’ADEME, magazines ou brochures).


En conclusion : une filière Smart Grids française dynamique et un grand nombre de solutions techniquement validées. Ces solutions sont pour la plupart d’ores et déjà prêtes à trouver leur valeur à l’export dans des systèmes électriques plus contraints (systèmes insulaires, sites isolés par exemple). En métropole, certaines solutions ont d’ores et déjà trouvé leur valeur, notamment les technologies réseaux déployées sur les réseaux de transport et de distribution d’électricité. Certaines nécessitent encore des évolutions réglementaires pour être déployées en masse. En parallèle de la poursuite de la recherche et de l’innovation, les travaux de généralisation et de levée des freins économiques et réglementaires se poursuivent donc afin d’offrir un système avec une fort part d’énergies renouvelables, une bonne qualité de service et ceci à moindre coût pour la collectivité.

  

Marion BERTHOLON

Diplômée de Centrale Marseille après une dernière année au sein de la Chaire Réseaux Electriques de Centrale Lille, Marion Bertholon a intégré l’ADEME en 2013. De la sélection au suivi des résultats des projets financés par l’ADEME dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir, à la conduite d’études prospectives sur les sujets pilotage de la demande, à travers ses différentes missions, Marion facilite le développement et le déploiement de solutions Smart Grids au service de la Transition Energétique.


258 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Entreprise / Ingénieur

Résultat de l'enquête nationale sur les ingénieurs et scientifiques

photo de profil d'un membre

Valérie KENSEY

08 juillet

Entreprise / Ingénieur

Flash info d'IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France)

photo de profil d'un membre

Valérie KENSEY

03 juillet

Entreprise / Ingénieur

Taxe d'apprentissage : report du délai de versement au 15 juillet !

photo de profil d'un membre

Valérie KENSEY

02 juillet