Accès membre

logo

Maxime, étudiant entrepreneur en mobilité durable

  • 23 oct. 2018
  • -
  • Catégorie : Entreprise / Ingénieur
  • -
  • Auteur : Valérie Kensey
  • -
  • Vu : 44 fois

Aujourd’hui, découvrez le parcours de Maxime, étudiant marseillais d’origine bordelaise qui a décidé de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec un projet d’avenir : eTransports, le 1er réseau de VTC (pour Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) électriques à Bordeaux. Rencontre.

 

 

Salut Maxime ! Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Maxime Roy, je suis étudiant à l’École Centrale Marseille et membre de l’association Ingénieurs Sans Frontières Provence. J’étais membre du Conseil d’Administration du REFEDD en 2016.

Parle-nous de ton projet eTransports : en quoi consiste-t-il exactement ?

eTransports est le 1er réseau de taxis et VTC électriques à Bordeaux. C’est une startup que j’ai cofondée avec un ami ingénieur en 2017, pour transformer le marché du taxi. Nous travaillons avec des chauffeurs de taxis et de VTC pour résoudre le conflit qui les sépare à cause de l’ubérisation. Les plateformes telles qu’Uber se préoccupent très peu des chauffeurs mais prélèvent une forte commission sur le prix de la course (plus de 25%). Le résultat donne un service peu humain pour les passagers et crée un déséquilibre sur le marché du taxi.

Pourquoi avoir choisi le domaine de la mobilité ? Étais-tu toi-même engagé et sensible à cette question durant tes études ?

Comme une part grandissante de ma génération, je suis très imprégné par le développement durable. C’est un enjeu qu’on comprend de mieux en mieux aujourd’hui parce qu’il occupe une place de plus en plus importante : dans les grandes villes comme Paris ou les métropoles comme Bordeaux, aux îles Fidji à cause du réchauffement climatique, au supermarché ou dans nos assiettes avec le bio, dans le paysage politique européen, etc. Aujourd’hui, c’est presque inscrit dans mes gènes : « penser global et agir local ».

Sur la question de la mobilité, je suis un féru de bicyclette. J’ai longtemps rechigné à passer le permis de conduire parce que, comme beaucoup de jeunes urbain.e.s, j’utilise très peu la voiture. Mais elle reste encore indispensable quand on habite à la campagne. Habiter en ville est une belle chance pour profiter de l’intermodalité quand on se déplace.

Aujourd’hui, je vais au travail en vélo tous les matins et l’air est souvent irrespirable à cause des gaz d’échappements des voitures sur mon trajet. Quand je marche sur le trottoir, j’aimerais respirer sans m’encrasser les poumons. Alors j’ai décidé d’apporter ma pierre à l’édifice en fondant eTransports. Pour révolutionner le secteur, on lui apporte une dimension sociale, environnementale et économique, tout ça de façon durable.


Lire la suite

Auteur :
Valérie Kensey

Equipe AIECM

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire